Logo MyAfricanStartUp

Fasosoap - MyAfricanStartUp 100

Burkina

Fasosoap
Santé et Biotech
À PROPOS DE NOUS

En 2015, le paludisme a tué 438 000 personnes, selon l’Organisation mondiale de la santé, la plupart en Afrique subsaharienne où il est la première cause de mortalité. Et alors que peu de moyens permettent de lutter contre la maladie, Faso Soap se présente comme un produit innovant, presque miracle : un répulsif contre les moustiques, vecteurs de la maladie, et qui contient aussi un larvicide capable, en se mêlant aux eaux stagnantes, d’endiguer la prolifération des moustiques.

My African Startup
Niveau de maturité / État Avancement : Amorçage
Année de création : 2012 / CA (USD) : / CA (USD) dans 3 ans :
Capitaux recherchés (USD) en 2017 :
Fondateur : Gérard Niyondiko et Moctar Dembélé / / //www.faso-soap.info/

Principe & genèse de l’offre

En 2013, deux étudiants africains remportaient pour la première fois la Global Social Venture Competition (GSVC), un concours international organisé à Berkeley pour récompenser de jeunes diplômés et créateurs d’entreprise à « fort impact social ou environnemental ». Le projet de Gérard Niyondiko et Moctar Dembélé : un savon contre le paludisme baptisé Faso Soap.

Immédiatement, l’idée suscite un engouement et des espoirs inattendus. Alors qu’ils sont toujours en master à l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) à Ouagadougou, les étudiants reçoivent les médias du monde entier. Ils n’ont qu’un business plan et un prototype, mais déjà des particuliers appellent pour passer commande.

Des tests effectués sur un échantillon de la population à Ouagadougou en 2013 s'étaient révélés assez concluants. L’autre avantage du Faso Soap est son coût : 300 francs CFA, soit 46 centimes d’euros le pain de savon. Une aubaine quand on sait que le paludisme touche essentiellement des pays pauvres. 

Parcours client fonctionnement

Composé de citronnelle, de souci officinal (plante à fleurs jaunes/orangées), de karité et d’autres ingrédients restés secrets, le Faso Soap réduirait par deux les risques de contamination grâce à un effet répulsif (il libère progressivement sur la peau ses propriétés répulsives, grâce à des microcapsules d'huiles essentielles) et larvicide (certaines huiles étant naturellement larvicides, les eaux savonnées préviendront le développement des moustiques dans les eaux stagnantes). C’est donc un peu plus qu’un simple produit à la citronnelle… Car un des problèmes majeurs dans la lutte contre le paludisme en Afrique est que les moustiques se reproduisent très rapidement dans ces eaux stagnantes. Or, se laver ou faire la lessive avec ce savon permettrait d’enrayer cette prolifération

En quoi est-ce une innovation

Aujourd’hui, il n’existe toujours pas de vaccin qui empêcherait de contracter la maladie, ni de médicaments pour la soigner. Le seul moyen d’éviter le paludisme est de se protéger des moustiques et de leurs piqûres. Mais si des produits de prévention existent, comme les moustiquaires par exemple, ils ne sont pas tous accessibles à la population. Par ailleurs les médicaments anti-paludéens, comme la Malarone ou le Lariam coûtent beaucoup trop cher et ne peuvent être pris sur la durés car ils provoquent beaucoup d’effets secondaires qui peuvent s’avérer graves. C’est pour toutes ces raisons que cette startup est particulièrement innovante, s’attelant à trouver une solution accessible à tous à l’un des plus grands fléaux du continent africain.